Adopte-moi SPA

Le mot du Président

Il y a un an, quasiment jour pour jour, j'étais élu président de cette belle association plus que centenaire qu'est la SPA Marseille-Provence. J'étais conscient dès le départ que la tâche ne serait pas aisée mais, entouré comme je l'étais des membres du conseil d'administration, de nos salariés, bénévoles et de tous ces amoureux des animaux, j'étais sûr de notre réussite commune. Il faut dire qu'il s'en est passé des choses depuis !

Un chien jeté sur une autoroute par la fenêtre d’un véhicule en marche, une maman chat mise à la poubelle avec sa portée, un cheval sur un balcon servant de jouet à une bande de jeunes, un singe battu dans un cirque, un âne et des chevaux laissés à l’abandon depuis des mois... Malheureusement il ne s'agit là que de quelques exemples qui ont émaillé notre actualité mais ils sont révélateurs des progrès que nous avons encore à faire en terme de protection animale en France. Il serait par exemple souhaitable que toutes les communes puissent mettre en place un partenariat association de protection animale-police-justice tel que nous l'avons créé à Marseille. Aujourd'hui, grâce à la détermination des instances en place, notre service enquête peut traiter les affaires de maltraitance animale en un temps record. Ce qui n'est pas le cas partout. Justement, ce service enquête a été une de mes premières priorités. Il n'était pas tolérable pour moi de continuer à voir des animaux souffrir sans qu'il n'y ait jamais de sanction. Une porte ouverte à l'impunité. Le temps m'a donné raison : depuis moins d'un an nous croulons sous les signalements de maltraitance. Notre triste compteur affiche à ce jour plus de 280 dossiers et notre équipe s'est étoffée d'une trentaine d'enquêteurs bénévoles qui se déplacent sur la région. Nous avons d'ores et déjà obtenu des condamnations fermes, je n'hésite pas à aller plaider moi-même afin de marquer l'opinion et les magistrats sur la nécessité d'une jurisprudence et d'une véritable prise en compte de l'animal dans l'arsenal législatif. Parce que, même si nous avons connu des avancées significatives il est temps de créer une vraie catégorie de droit qui placerait l'animal entre les objets et l'humain. Aujourd'hui, son sort dépend toujours du code civil et ses droits sont plus que limités. Combien d'affaires avons-nous vu traitées sans suite et qui laissent un goût amer...

Pour ce qui est du refuge de la Renaissance en lui-même je me dois de saluer le travail des présidentes qui m'ont succédé. Nous n'en serions pas là aujourd'hui sans elles. Il n'en reste pas moins que la vétusté de certains équipements et des installations faites il y a plus de dix ans nous ont obligé à repenser les conditions d'hébergement de nos animaux. Nous avons installé des climatisations et des sas dans les salles post-intervention chirurgicale, amélioré le confort de nos chats et créé des zones spécifiques pour nos chères mascottes. Plus important que tout à mon sens nous ne pratiquons quasiment plus d'euthanasie. Les seules effectives le sont par nécessité et choix moral. Afin de ne pas laisser un animal, quel qu'il soit, dans la souffrance. Tous les animaux doivent avoir une chance d'écrire une nouvelle vie et nous en sommes tous les co-auteurs.

Autre point primordial, nous avons renoué et apaisé nos relations avec les officiels, la ville de Marseille avec laquelle nous travaillons main dans la main et qui apporte une aide indispensable aux animaux depuis des années. Le dynamisme et la volonté du Conseil Départemental nous ont permis d'ouvrir récemment un centre d'hébergement pour les sans domicile fixe et qui accueille leurs précieux compagnons à quatre pattes. Une action dont nous sommes très fiers et qui concilie à la fois la dimension humaine et animale. Nous sommes intervenus et interviendrons toute l'année dans les mairies d'arrondissement afin d'organiser des journées d'adoption et de sensibiliser le public à notre cause. Notre refuge accueille toutes les semaines des enfants, des déficients mentaux légers, des jeunes stagiaires, des patients pris en charge en hôpital de jour. Nous nous rendons dans des écoles, des centres aérés, des maisons de retraite, des hôpitaux... Mon but est simple : faire de la SPA Marseille-Provence une référence incontournable de la vie régionale. La placer au centre de la vie citoyenne. Il ne peut en être autrement, l'animal fait partie de nos vies. Je tente également au quotidien de mettre ma longue expérience de la vie professionnelle et associative au profit de cette noble cause qui me tient à cœur depuis l'enfance. Les projets sont légion !

Notre fameux accueil SDF-animaux devrait bientôt se transformer en « bâtards du cœur » , permettant aux plus démunis de venir se restaurer gratuitement en compagnie de leur animal puis de se reposer un temps. Les Mairies d'arrondissement, qui font pour la plupart un travail remarquable, vont nous accueillir à tour de rôle afin de faire passer notre message, de sensibiliser les plus jeunes aux enjeux du respect de l'animal. Dans ce contexte nous comptons également peser en politique. Cela est nécessaire afin d'avoir une véritable action concertée, efficace et pérenne. Je suis encore marqué par ces images atroces d'abattoir que nous ne pouvons et ne devons plus supporter. Chacun est libre de faire ce qu'il veut mais il peut le faire dans le respect le plus élémentaire du vivant. Stop aux exportations d'animaux pour la consommation, à ces trajets immondes en camion où les animaux souffrent du début à la fin, au mercantilisme autour de la vie animale, à l'emprisonnement stupide des animaux pour la récréation d'un public qui s'essouffle avec le temps. Que dire de la corrida ? De la fourrure ? De tous ces actes qui pourraient être évités à une période où nous nous trouvons tous à la croisée des chemins. L'homme doit enfin retenir des leçons du passé. La nature est un livre, lisons le plutôt que de le brûler. Les enjeux sont multiples et inévitables. La pression sur les écosystèmes n'a jamais été aussi forte, nous assistons quotidiennement à la destruction lente de notre planète dans une passivité hors du commun. Parce qu'on se dit qu'on ne peut rien y faire, qu'on est trop petit face aux puissants. Mais cela n'est pas vrai. La société peut-être synonyme d'asservissement mais elle peut aussi signifier révélation et travail commun. Il ne nous est pas interdit de progresser ensemble. Le père de famille que je suis se désole chaque jour par anticipation. Du jour où mes enfants me diront : « pourquoi il n'y a plus d'éléphants, de tigres, de rhinocéros, pourquoi la nature a-t-elle été détruite ? ».

Que répondre ? A l'heure actuelle que nous savions mais que nous n'avons rien fait. Cela n'est pas envisageable.

Bien sûr les enjeux sont multiples et mondiaux mais pas hors de portée pour autant. Chaque jour des dizaines d'association qui n'ont pas notre portée médiatique font un travail remarquable avec des bouts de ficelle. Ce que nous arrivons à faire au niveau local depuis un an en fédérant de plus en plus de gens autour de notre cause nous pouvons le faire à tous les niveaux. Chacun à sa mesure et nous avancerons ensemble. Pour le meilleur.

Votre dévoué Président Xavier Bonnard

Réaliser un don... comment ?

Rien de plus simple : il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous. Vous serez redirigez vers la solution de paiement PAYPAL (sécurisée).




Refuge SPA Marseille Provence - Montée du commandant de Robien - 13011 Marseille
04 91 45 63 53 - Ouvert du lundi au dimanche de 12h à 17h