SPA Marseille Provence
     

SPA Marseille Provence

LES CHIENS CHINEURS
Imprimer

A L OCCASION DE LA SAINT FRANCOIS D'ASSISE, LA JOURNEE MONDIALE DES ANIMAUX!!!!

La SPA Marseille Provence, vous propose de vider vos greniers !!!!!

V

 
SPA d'Aujourd'hui
Imprimer

 

2001 La SPA de Marseille est choisie comme délégataire de la Fourrière Municipale :
le Centre animalier Municipal est en marche.
La municipalité prend en charge les animaux errants ou blessés dans la Ville. Mais le contrat est plus large puisqu’il s’étend au Secours animalier 24h/24, en substitution du Bataillon des Marins Pompiers (recentré sur sa mission de secours aux personnes), et à la stérilisation des chats errants pour éviter prolifération et misère.
la SPA garde son rôle associatif de protecteur et, en partenariat avec la Ville, participe à leur gestion dans
Marseille. Municipalité et SPA se sont réellement concertées et associées pour une véritable politique animalière dans la Ville, pour la Protection et l’intégration de l’ANIMAL DANS LA CITE, au bénéfice des administrés, qu’ils soient propriétaires ou non d’animaux.
La réussite du Centre Animalier Municipal, qui s’implique autant dans la sauvegarde des animaux que dans leur gestion dans la Ville, est un pari engagé et tenu grâce à la collaboration d’une Municipalité, Marseille, de son Maire, Monsieur Jean-Claude GAUDIN et d’une association de protection animale, la SPA de Marseille Provence, dirigée par Andy SALVIANO, Présidente Bénévole.

L’exemple de Marseille et de la SPA de Marseille s’étend puisque d’autres municipalités voisines sollicitent leur expérience.

Notre Présidente entourée de Pépito, sauvé d’une animalerie, et de Blanco, sauvé de la rue

 
 
Janvier 2007 Andy Salviano reçoit, de M. Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, la Médaille de Chevalier dans l’ordre national du mérite pour son travail effectué depuis plus de 20 ans pour la cause animale à Marseille. Elle a voulu partager cette distinction avec l’ensemble du personnel et des Bénévoles.
 
 
 
Les membres du Conseil : une réunion estivale mais néanmoins sérieuse.
C’est la ténacité, l’amitié et la solidarité de ses dirigeants qui permet à la SPA de faire face aux difficultés et aux lourdes charges de l’association. La rigueur, et le professionnalisme de chacun : avocat, architecte, vétérinaire, comptable ect …. font avancer les dossiers….
 
 

Le personnel : des professionnels au service des animaux

Les vétérinaires du Refuge transmettent au quotidien la formation nécessaire aux animaliers afin qu’ils soignent et surveillent au mieux les animaux présents.
Chaque animal est ainsi traité en particulier, selon ses besoins, que cela soit en matière d’alimentation, de confort du box, de sorties régulières ect … Mais les animaliers bénéficient de formation externe organisée par le Ministère de l’Agriculture et par la SCC dans le cadre du certificat de capacité, pour le travail en Refuge et la maintenance des animaux.
Nos ASV assistent nos vétérinaires chaque jour.
La SPA de Marseille, c’est aussi des salariés qui, malgré leurs taches quotidiennes et souvent difficiles, n’hésitent pas à donner un peu plus d’attentions ou de temps aux animaux de Refuge

 

La SPA de Marseille reçue à l'Elysée

 

Marseille au devant de la scène nationale pour la protection animale

Faisant suite à l’annonce du ministre de l’agriculture sur l’ouverture de la commission « Animal et Société », la SPA Marseille Provence a demandé une entrevue au président de la République, afin de participer aux groupes de travail.

Depuis de nombreuses années, sa présidente Andy SALVIANO martèle que la protection animale c’est aussi -et entre autre- la bonne gestion des animaux dans la Ville.

A Marseille, grâce à l’équipe en place (Jean Claude Gaudin, Danièle Servant) le pari d’une collaboration Ville/SPA a été gagné puisque depuis 2001, l’association marseillaise, forte de ses 40 000 adhérents, de ses 30 salariés, dont 4 vétérinaires, et une centaine de bénévoles sur le terrain, gère le Centre Animalier municipal de Marseille et d’une vingtaine de communes environnantes, pour la protection des animaux quels qu’ils soient.

Un Centre ANIMALIER cité en exemple, pour son expérience, son efficacité quant à l’accueil, la protection, et la gestion des animaux errants, et/ou blessés, perdus : hébergement, mais également le secours animalier 24h/24 (3 véhicules tournent nuit et jour), la stérilisation des chats errants (4500 en 2007) et la gestion des animaux dits dangereux.

A ce sujet, Andy SALVIANO s’interroge sur l’application de la nouvelle Loi encore très imprécise et difficilement applicable, et rappelle qu’elle se refuserait à euthanasier, les chiens sous le seul critère d’appartenance à une catégorie.

C’est grâce au partenariat avec la Ville de Marseille qu’actuellement, par des réunions de concertation, avec les services municipaux, comme avec le Parquet, de la DDSV et l’avis de vétérinaires que la circulation d’animaux réellement dangereux peut être maîtrisée mais que d’autres chiens, sociables, gentils, peuvent être épargnés.

La SPA de Marseille-Provence demande que ces procédures soient applicables dans toutes les communes du Département, voire à l’échelon national.

Si de nombreuses communes respectent leurs obligations, d’autres démontrent une carence importante en la matière, Elles sont souvent responsables d’accidents graves, de prolifération ou de rejet, voire de cruauté envers les animaux.

Ces communes récalcitrantes ne répondent pas aux désirs ou besoins de leurs administrés, propriétaires ou non d’animaux, tant au plan de l’hygiène, de la sécurité ou simplement d’assistance.

Déjà en octobre 2006, sous l’égide du Ministère de l’agriculture, (Dominique Bussereau), du Préfet, de la DDSV, et de Jean Claude Gaudin, lors d’un Congrès sur l’animal dans la Ville, la SPA de Marseille Provence a su réunir l’ensemble des professionnels autour d’elle ainsi que les maires des communes des BDR pour rappeler cette problématique. Un Congrès qui a permis à la Ville de Marseille de mettre en avant son savoir-faire en la matière.

Marseille au devant de la scène nationale pour la protection animale, c’est un des vœux de sa présidente actuelle Andy Salviano,

Haut | Retour

 
Info Loi 1999
Imprimer
 
 

LOI SUR LES CHIENS DANGEREUX

La loi du 6 Janvier 1999 a prévu des obligations particulières
pour un certain nombre de chiens, dits ''dangereux''
qui sont classés en deux catégories.

Ne peuvent détenir un chien de première et deuxième
catégories, les mineurs, les majeurs sous tutelle,
les personnes ayant un casier judiciaire.

 
 

 

 
 
1 ère. CATEGORIE
( Non inscrit au LOF) (1)
2eme. CATEGORIE
( inscrit au LOF) (2)


Type Pitt-Bull
Staffordshire
terrier (1)

American
Staffordshire
terrier(1)

Boer Bull (1)

Tosa (1)


Rottweiler
Staffordshire
terrier (2)

American Staffordshire
terrier (2)

Tosa (2)

Rottweilers

inscrits ou non
au LOF (1) - (2)
Tatouage Obligatoire Tatouage Obligatoire
Vaccination
contre la
rage
Obligatoire Vaccination
contre la
rage
Obligatoire
Attestation
d'assurance
Responsabilité
civile.
Obligatoire Attestation
d'assurance
Responsabilité
civile.
Obligatoire
Stérilisation. Obligatoire Stérilisation. Obligatoire
Transfert
de propriété
( Vente ou don ).
Interdit Transfert
de propriété
( Vente ou don ).
Autorisé
Déclaration
à la mairie
Obligatoire Déclaration
à la mairie
Obligatoire
Muselière et tenue
enlaisse par une
personne majeure
sur la voie publique.
Obligatoire Muselière et tenue
en laisse par une
personne majeure
sur la voie publique.
Obligatoire
Accès aux transports
en commun et lieux
publics.
Interdit Accès aux transports
en commun et lieux
publics.
Autorisé
 
 

Haut | Retour

 
Nos Combats
Imprimer
 
 
 
 

Depuis toujours notre SPA se bat contre cette horreur que représente la Corrida. Nos adhérents connaissent le chemin parcouru depuis des années (bientôt rétrospective), mais il nous faut rester attentifs et vigilants. Pas de SPA à Marseille et soyons précis « Pas de spectacles tauromachiques », car sous prétexte de jeux innocents « ils » essaient de faire entrer la corrida à Marseille. Monsieur Gaudin, Maire de Marseille, Mme Servant, adjointe à la protection animale, nous confirment, chaque année leur position « pas de corrida à Marseille ». Mais attention, certains élus de l’entourage de notre maire, n’hésiteraient pas à transgresser cette volonté par « inattention ».

 

2006 /2007 Mme Servant notre Marraine, adjointe au Maire, a réaffirmé au Congrès que la Ville de Marseille s’opposerait toujours à la Tauromachie à Marseille. Donc malgré les nouvelles tentatives des pro corrida qui à l’occasion de la reconstruction de la Fiesta des Docks pour laquelle ils ont reçu une subvention, espéraient reconstruire des arènes pour « jouer aux boules ». Nous avons obtenu un nouvel arrêté de M. Gaudin. Mais chaque été, ça recommence … Fiesta et compagnie. Soyez vigilants. Si vous lisez une publicité, une annonce, un programme sur un spectacle tauromachique, avertissez nous et surtout faites savoir votre avis à notre Municipalité et au Conseil Général.

 
 
A tenue de soirée, mais en toute simplicité, Renaud et quelques-unes des personnalités présentes ont affirmé leur refus de la Corrida.
Bravo à Renaud, Bravo à ces vedettes qui nous aident à faire passer le message en s’engageant pour le respect de la vie quel qu’elle soit et osent le dire : la corrida est une barbarie !
   
 

Proposition de loi pour interdire les corridas aux moins de 15 ans.

Le 27 Septembre 2007, La proposition de loi N° 191 a été déposée par Jean-Pierre Brard, Jean-Jacques Candelier, et Daniel Paul pour demander l'interdiction de l'accès aux courses de taureaux comportant la mise à mort d'un animal aux mineurs de quinze ans.
Les courses de taureaux comportant la mise à mort des animaux ne sont pas un sport comme un autre. Le spectacle d'une mise à mort programmée et parfois longue est de nature à heurter des sensibilités particulièrement celle des enfants.
C'est pourquoi, si le législateur a accepté une dérogation à la loi pénale au bénéfice des courses de taureaux, il convient d'en préciser et d'en limiter la portée en interdisant leur accès aux mineurs de quinze ans et moins.
Vous pouvez aussi demander au député de votre circonscription qu'il signe le texte pour appuyer ce projet.
Rendez-vous sur le site de l'Assemblée nationale, vous y trouverez son adresse électronique.


Le 8 juin 2004, sous la XIIe législature, Muriel Marland-Militello, députée des Alpes-Maritimes, a déposé la proposition de loi n° 1652 pour demander l'abrogation de l'alinéa 3 de l'article 521-1 du code pénal qui autorise, par dérogation, la tenue de corridas en France.

Le 27 septembre 2007, Muriel Marland-Militello a redéposé cette même proposition de loi rectifiée sous le n° 228.
Loin de s'être rendue aux arguments qui lui ont été présentés par ses confrères aficionados de l'UMP, la courageuse députée reste, encore et toujours déterminée dans son projet de faire abolir les corridas : « J'ai conscience des intérêts financiers susceptibles d'être touchés par ma proposition de loi mais je suis convaincue qu'il faut avoir le courage de soutenir des valeurs qui honoreront notre société et la civilisation que nous représentons.
La corrida relève d'une tradition barbare puisqu'elle fait souffrir des animaux pour
distraire des êtres humains. Il est donc du devoir de tout élu nationale d'arrêter cette barbarie ».
À ce jour, cent onze mouvements, trente personnalités et 51 916 particuliers ont déjà signé sur petition-anticorrida.org pour appuyer la demande de l'élue.
Mais c'est loin d'être suffisant...
Il faut maintenant soutenir la courageuse élue, interpeller les députés de chaque groupe politique pour les mettre face à leurs responsabilités et faire en sorte qu'ils signent le texte.
En accord avec Muriel Marland-Militello, je vous demande donc de vous mobiliser afin que le texte recueille suffisamment de signatures pour être discuté et adopté et que
cessent enfin ces spectacles de mort et de désolation.
Saisissons en masse les députés ! Demandons-leur de ne pas céder aux pressions et de cosigner la proposition de loi.

Pour contacter votre député, rendez-vous sur :
http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/comm3.asp
où vous trouverez son adresse électronique.

Ci-dessous un modèle de courrier à personnaliser et merci de nous mettre en copie dans le champ Cc.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nom :
Prénom :
Adresse :
Code postal :
Ville :

Madame la Députée, Monsieur le Député,
Je vous écris aujourd'hui pour vous informer que 51 916 particuliers soutiennent sur
petition-anticorrida.org la proposition de loi n°1652 déposée par Muriel Marland-Militello, députée des Alpes-Maritimes, pour demander l'abrogation de l'alinéa 3 de l'article 521-1 du code pénal qui autorise, par dérogation, la tenue de corridas en France.
C'est un principe fondamental : on n’a pas le droit d’exercer des sévices sur les animaux même sous couvert de tradition.
L’amour, l’honneur des taureaux ou encore leur survie ne passent pas par la nécessité de les blesser à mort et en public pour le plaisir d’une minorité.
En 2007, seuls 27 % des Espagnols et des Français sont intéressés par la corrida
(France : sondage Sofres 2003 /Espagne : sondage Gallup 2007).
On peut donc affirmer que la corrida est le spectacle antidémocratique par excellence.
J'espère que cette fois, la possibilité d'améliorer le sort des animaux dépassera les clivages politiques et que, en tant qu'élu du peuple français, vous aurez à cœur de faire une exception à l'usage qui consiste à ne signer un texte que si ce dernier émane de votre propre groupe politique.
En conséquence, je vous demande de bien vouloir cosigner la proposition de loi rectifiée n° 228 déposée le 27 septembre 2007, qui vise à interdire tous les sévices graves envers les animaux domestiques ou apprivoisés, ou tenus en captivité, susceptibles d'être exercés lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée.
Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer, Madame la Députée, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

 

Pièce à ouvrir :


Courrier de Mme Muriel Marland-Militello

 

Un grand pas en avant ...
Grâce à l'alliance contre la Corrida (qui ne faiblit pas devant la mégalomanie de certaines associations qui se prétendent "nationales" et qui ne font rien avancer), un grand pas en avant vient d'être franchi : pas de tauromachie à l'école !!!!!
A vos claviers; continuez à signer notre pétition pour l'interdiction des arènes aux enfants de - de 16 ans, encourager Claire de l'alliance (achetez son livre, à faire lire !) et soutenez-nous.

http://www.anticorrida.org -
http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/accueil.php
http://www.spa-marseille.com

Copie de l'article de presse paru dans le Figaro :
Corrida : halte au «prosélytisme» à l'école
04/03/2008

Dans une lettre envoyée à trois recteurs, le ministère de l'Éducation nationale leur demande de ne pas promouvoir cette pratique.
Le ministère de l'Éducation nationale a écrit aux recteurs de Montpellier, d'Aix-Marseille et de Bordeaux pour leur demander d'éviter «tout prosélytisme» au sujet de la corrida.
«S'il apparaît qu'un certain nombre d'établissements peuvent proposer aux élèves, en dehors du temps scolaire, des activités de découverte du phénomène culturel que constitue la corrida, il n'est pas en revanche dans le rôle de l'Éducation nationale d'assurer la promotion de la corrida auprès des enfants», peut-on lire dans la lettre envoyée mi-février.
Le courrier, signé par le chef de cabinet de Xavier Darcos, fait suite à la visite de Claire Starozinski, fondatrice et présidente de l'Alliance anti corrida, venue attirer l'attention du ministre sur le sujet. «Je vous remercie de vous assurer que les opérations menées dans les établissements scolaires autour de la corrida puissent réunir les différentes associations œuvrant dans ce champ», conclut le ministère.


Copie de l'article de presse paru : dans La Dépêche de l'Education
Mardi 4 mars 2008
Corrida : le ministère de l'Education demande à 3 recteurs d'éviter "tout prosélytisme"
Le ministère de l'Education estime qu'il "n'est pas dans le rôle de l'Education nationale d'assurer la promotion de la corrida auprès des enfants" et a demandé aux recteurs de Montpellier, Aix-Marseille et Bordeaux d'éviter "tout prosélytisme" dans les établissements, a-t-on appris lundi au ministère.
Une lettre, en ce sens, de David Teillet, chef de cabinet de Xavier Darcos, a été envoyée à ces trois recteurs mi-février, a affirmé le ministère à l'AFP.
"S'il apparaît qu'un certain nombre d'établissements peuvent proposer aux élèves, en dehors du temps scolaire, des activités de découverte du phénomène culturel que constitue la corrida, il n'est pas en revanche dans le rôle de l'Education nationale d'assurer la promotion de la corrida auprès des enfants", peut on lire dans ce courrier dont l'AFP a obtenu une copie.
"C'est pourquoi je vous remercie de vous assurer que les opérations menées dans les établissements scolaires autour de la corrida soient exemptes de tout prosélytisme et qu'elles puissent réunir les différentes associations œuvrant dans ce champ", poursuit M. Teillet dans cet envoi.


Il ajoute que ce courrier fait suite à la visite, le 8 février, de Claire Starozinski, fondatrice et présidente de l'Alliance Anticorrida, "qui souhaitait attirer l'attention du ministre sur les conditions de présentation de la corrida au sein des établissements scolaires".

Soutenez-nous !! A vos claviers ...

 

Haut | Retour

 
Missions de la SPA
Imprimer

Notre mission : L'Accueil de l'animal

La SPA s’est toujours fixé comme éthique de « ne jamais refuser l’accueil d’un animal ».
A ce contrat s’ajoute celui d’« éviter toute souffrance inutile à un animal » et dans notre fonctionnement de préserver la sécurité du personnel et du public

L’animal abandonné :

Souvent incompréhensible, quelquefois justifié l’abandon est toujours douloureux pour notre équipe et pour l’animal. Le propriétaire désireux d’abandonner son animal fournit lorsqu’il le peut le carnet de vaccination de l’animal et sa carte de tatouage. La concordance de l’identification de l’animal avec celle déclarée sur ses papiers est vérifiée. Si une identification inconnue est découverte, une recherche est faite pour retrouver le propriétaire légal de l’animal.

Secteur observation :
Les chiens sont placés en observation dans un secteur fermé pour un court séjour. Les chats, quant à eux, sont placés dans une chatterie d’observation.

Durant le temps d’observation, les vétérinaires pourront observer et réévaluer le comportement de l’animal abandonné, réaliser les soins nécessaires à l’amélioration de son état général (soins d’otite, traitement antiparasitaire, castration, chirurgie…etc.), procéder à la mise en conformité des vaccinations, et identifier l’animal. Une fois ces formalités effectuées, et les soins réalisés, l’animal sera placé sur décision vétérinaire en secteur ouvert d’adoption.


• Les animaux âgés ne pouvant être proposés à l’adoption, mais qui présentent un tempérament compatible avec l’enfermement, seront transférés en maison de retraite (boxes séparés pour les chiens, et chatteries d’adoptions pour les chats), où ils pourront être hébergés pour une durée illimitée.
Pour les animaux mordeurs, les visites règlementaires sont effectuées, la première visite, puis les visites du 7ème et 15ème jour sont réalisées en secteur d’observation du secteur SPA.
Dans le cas des chats : pour des sujets de plus de 5 mois, la stérilisation est systématique, assortie d’un test FELV/FIV, avant mise en secteur d’adoption. Pour les chats de moins de 5 mois, l’identification reste systématique, mais la castration, et éventuellement le test FELV/FIV peuvent être différés, et réalisés après la mise en secteur d’adoption, voire après l’adoption (mais sans surcoût pour l’adoptant).
• Certains animaux (chien craintif, apeuré, ou caché dans son boxe par exemple) dont une « rééducation » peut être envisagée par les vétérinaires du Centre sont d’abord « testés », par notre Educateur canin M. Hamon, puis pris en charge par un personnel ou une personne dénommé (sorties régulières, éducation, réassurance, etc. …). Les bénévoles participent à des séances d’éducation, permettant ainsi l’adoption de nombreux chiens.

« Passage » des animaux dits de Fourrière en SPA :
A l’issue du délai légal de garde en fourrière (8 jours ouvrables pleins), le chien est réévalué, d’un point de vue médical et comportemental, par le vétérinaire. La primo vaccination est réalisée si des soins l’avaient interdit durant le séjour en fourrière, l’animal est identifié par tatouage ou puce électronique.
Dans le cas des chats : pour des sujets de plus de 5 mois, la stérilisation est systématique, assortie d’un test FELV/FIV, avant mise en secteur d’adoption. Pour les chats de moins de 5 mois, l’identification reste systématique, mais la castration, et éventuellement le test FELV/FIV peuvent être différés, et réalisés après la mise en secteur d’adoption, voire après l’adoption (mais sans surcoût pour l’adoptant). A la SPA de Marseille Provence, les animaux ne peuvent pas être adoptés s’ils n’ont pas été stérilisés. Une façon de lutter contre leur prolifération, leur misère et leur abandon.

Soins particuliers, traitements lourds, chirurgie réparatrice

SOS Détresse :
Les animaux abandonnés ou les animaux ayant bénéficié d’un traitement conservateur durant leur séjour en fourrière peuvent recevoir dès leur passage en SPA un traitement réparateur. Celui-ci est entrepris par les vétérinaires du refuge (énucléation, castration lors de cryptorchidie, amputation…). L’animal est placé en secteur d’adoption une fois la guérison obtenue, ou en bonne voie, sur décision vétérinaire.
Pour les animaux nécessitant un traitement réparateur qui ne peut être effectué dans l’enceinte du refuge (pose de broche orthopédique par exemple), l’animal, après concertation avec la Présidente et sa décision, il peut être transféré chez un vétérinaire libéral, pour recevoir les soins nécessaires. Après réparation osseuse ou guérison, l’animal pourra être replacé en secteur d’adoption sur décision vétérinaire.

Balou en juillet 2010 ou encore Max, en octobre 2010, ont pu être sauvés grâce à la tenacité de l'équipe de la SPA de Marseille et à la générosité des amis de animaux

SOS DETRESSE : Ces interventions sont parfois très coûteuses et grèvent lourdement le budget de la SPA. L’association ne peut pas toujours faire face financièrement.
Parfois elle fait appel aux amis des animaux, et grâce à eux, nombreux animaux ont pu être opérés et sauvés. Le SOS détresse est un plus pour des animaux qui n’auraient pas survécus sans cette aide.

Circuit des animaux du refuge :
Pour les chiens, le secteur du refuge SPA comprend plusieurs îlots et des parcs de détente qu’ils soient adoptables ou destinés à rester au refuge à vie …( Maison de retraite)
Quelques boxes sont prévus pour ceux qui doivent être isolés et/ou en garde spéciale (« Club Tendresse »).

Pour les chats, le secteur du refuge SPA comprend :

Deux chatteries ouvertes d’adoption. La chatterie « RENE », composée de trois grandes chatteries et d’un parc en libre circulation, pouvant être séparés et fermés si nécessaire ; la chatterie « SERVANT », composé de deux chatteries munies de 8 boxes séparés chacune, et d’un parc, le tout en libre circulation sauf nécessité contraire.
Une volière extérieure et deux vitrines intérieures, enfin, sont utilisées pour des chiots, des chatons ou des animaux d’autres espèces selon les nécessités du moment.

Le secteur ouvert d’adoption :
Les animaux proposés à l’adoption sont visibles par le grand public. Les adoptants potentiels sont renseignés par les animaliers. La consultation vétérinaire n’est pas systématique au moment de l’adoption d’un animal, sauf demande expresse de l’adoptant. Parallèlement, en fonction du contexte, les vétérinaires peuvent devoir réévaluer un animal au moment de son adoption, et sont en droit d’accepter ou de refuser l’adoption (comportement incompatible avec le futur lieu de vie, affection nouvelle, ou autre).

 

Club Tendresse, Maison de Retraite pour chiens :

La séparation des personnes âgées d’avec leur compagnon est un drame. La SPA veut l’adoucir en permettant qu’ils gardent « un lien », le temps de la maladie, de l’hospitalisation voire dans le cas d’un placement en institution spécialisée. Les personnes âgées peuvent venir voir leur compagnon au « Club Tendresse. En cas de décès du propriétaire, la SPA prend en charge l’animal en Maison de Retraite, soit jusqu’à sa fin, soit il est confié en adoption particulière à un adoptant. L’animal continue à être suivi et il est récupéré en cas de décès du nouveau propriétaire.

Les vieux chiens séjournent dans des boxes particuliers, indépendant du secteur d’adoption, et bénéficient d’un parc de détente spécifique. Ils reçoivent des soins appropriés en fonction de leur âge et de leur séjour prolongé. Certains d’entre eux, dont l’état de santé est satisfaisant, peuvent être proposés à l’adoption.
Les chats âgés sont en chatteries communes pour éviter leur isolement. Certains en « mascottes » dans nos locaux. Leur âge n’exclu pas leur adoption , adoption sauvetage dans des conditions particulières, le cas échéant.
Parallèlement, notre SPA est en contact avec les Maisons de retraite, les établissements hospitaliers de long séjour qui accepteraient des résidents avec leur animal. De la même façon, notre SPA peut prendre en charge l’animal lorsque son propriétaire en Maison de Retraite ou hospitalisé, ne peut plus s’en occuper.

Suivi médical et animaux en soins :

Les animaux placés en secteur d’adoption sont évalués (d’un point de vue médical et comportemental) de façon quotidienne par le vétérinaire et les animaliers. Toute affection nouvelle nécessitant traitement entraîne le « retrait de l’adoption » de l’animal pour une durée définie par le vétérinaire. Selon sa contagiosité, l’animal reste en convalescence dans son box, ou est isolé dans des locaux appropriés.

Les troubles mineurs nécessitant des soins légers (otite bénigne, plaie de petite taille) peuvent ne pas contre-indiquer l’adoption : dans ce cas, l’adoptant est informé de la pathologie existante, et choisit ou non de continuer le traitement à domicile.
Suivi gratuit :
Les animaux adoptés bénéficient d’un suivi gratuit de 15 jours, pendant lequel ils peuvent être reçus en consultation gratuitement au refuge, pour être examinés et soignés par les vétérinaires.
Ce suivi a été instauré afin d’éviter aux nouveaux adoptants d’avoir à assumer une affection déjà présente lors de l’adoption, par exemple une maladie qui aurait pu être contractée au refuge mais encore en phase d’incubation au moment de l’adoption.
La vaccination n’entre pas dans le cadre du suivi gratuit, même si le rappel doit être effectué dans les 15 jours de suivi gratuit : les adoptants sont alors dirigés vers leur vétérinaire traitant.
Les soins nécessaires à des affections ne pouvant être mis en relation avec le séjour de l’animal au refuge (exemple : traitement d’une plaie accidentelle, d’une fracture accidentelle), ne pourront être assumés par le refuge. L’adoptant sera alors dirigé chez le vétérinaire libéral de son choix.

Enfin, le suivi gratuit ne saurait se substituer aux bons soins et à l’attention que l’adoptant se doit de porter à son animal. L’adoptant devra s’inquiéter de faire suivre son animal par un vétérinaire de son choix.

DISPENSAIRE DESTINE AUX PROPRIETAIRES LES PLUS DEMUNIS.

Les animaux appartenant à des propriétaires nécessiteux sont reçus en consultation aux horaires de permanence vétérinaire (8H30-16H30) et reçoivent les soins appropriés gratuitement. Enfin, si une hospitalisation et/ou une chirurgie est nécessaire, elle est assumée par les vétérinaires de la SPA sur le site du refuge.

Mais l’accès au bénéfice du dispensaire reste exceptionnel et en aucun cas, la SPA ne se substitue à un cabinet vétérinaire libéral. La SPA et les Vétérinaires de la SPA doivent rester disponibles pour les animaux les plus défavorisés

Préalablement à toute consultation, les personnes nécessiteuses doivent fournir les pièces justificatives de NON REVENU à la SPA, et constituer leur dossier : les soins sont ainsi prodigués exclusivement aux animaux de personnes démunies ou en difficulté. Aucune consultation ne peut être réalisée si le dossier n’est pas complet.

Consultations et soins prodigués :

Les animaux traités en dispensaire reçoivent les soins et traitements curatifs ou conservateurs appropriés, chirurgie, radiographie et hospitalisation si nécessaire, dans la limite des possibilités du refuge.

Les analyses sanguines ou tout autre examen complémentaire, ainsi que les traitements relevant de la médecine spécialisée (chirurgie de fracture par exemple) pour lesquels un traitement conservateur est contre-indiqué, sont des actes qui ne peuvent être réalisés dans l’enceinte du refuge, les animaux seront donc transférés chez un vétérinaire libéral spécialiste.
Ce service « dispensaire » est réservé aux cas exceptionnels de propriétaires défavorisés. En aucun cas, il ne peut remplacer votre vétérinaire traitant. Ce dernier étant le meilleur garant pour la santé de votre animal.

Haut | Retour

 
Plus d'articles...
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 2