Adopte-moi SPA

Les conseils de la Vétérinaire

Par Céline Puechguiral Gergès

Les chats

Les vaccins

· Vous l’aimez, protégez-le.
La vaccination est le meilleur moyen de protéger un individu contre les maladies virales et certaines maladies d’origine bactérienne. Elle permet de préparer votre chien à réagir rapidement et efficacement contre ces germes s’il les rencontre après avoir été vacciné.
L’effet bénéfique d’une vaccination n’est pas définitif, c’est la raison pour laquelle il est indispensable de procéder à des rappels réguliers. Le rythme de ces rappels est fixé par votre vétérinaire en fonction du type de vaccin utilisé, de la situation épidémiologique de la région et de la législation en vigueur. Certains vaccins nécessitent 2 injections en primo-vaccination. Si le rappel n’est pas effectué dans les délais prescrits par votre vétérinaire, celui-ci sera obligé de recommencer le protocole depuis le début.

▪ La vaccination doit être pratiquée sur un animal en bonne santé, correctement déparasité.
L’idéal est de penser à vermifuger votre chat 8 jours avant la date du vaccin. La vaccination représente un petit « stress » pour l’organisme ; elle sera mieux tolérée et plus efficace si l’animal est en bonne forme. Afin de s’en assurer, votre vétérinaire procèdera à un examen minutieux de l’animal avant de le vacciner. Pensez à lui signaler toute anomalie que vous auriez pu constater.
L’injection est en général parfaitement tolérée. Certains vaccins peuvent s’avérer un peu plus douloureux que d’autres. Ceci est souvent lié à la concentration de vaccin. Votre vétérinaire utilise les vaccins les mieux adaptés à votre chien, même si celui-ci n’apprécie pas toujours…
Dans de rares cas, on peut observer après l’injection une fatigue passagère ou l’apparition d’une petite réaction locale au point d’injection qui disparait spontanément en quelques jours.
Dans tous les cas, il est recommandé de laisser le chat au repos pendant les 24 heures qui suivent une injection vaccinale.

▪ Les principales maladies infectieuses chez le chat.

  • Le Coryza

    Maladie encore trop répandue et très contagieuse à tout âge, le chat contaminé présente les signes d’un rhume : toux, raclements de gorge, éternuements, larmoiements, perte d’appétit, parfois des ulcères en bouche. Même s’il guérit, le chat reste porteur du virus et peut contaminer ses congénères.

  • Le Typhus

    Maladie mortelle à 90% chez les jeunes sujets, elle refait surface…La cause ? Trop nombreux sont les chats non vaccinés. La maladie se transmet très facilement, par simple contact, affaiblit et déshydrate l’animal en provoquant diarrhée et vomissements, provoquant ainsi le décès.

  • La Rage

    La rage est une maladie mortelle, transmissible à l’homme. Elle fait donc l’objet d’une surveillance sanitaire stricte. La vaccination contre la rage est obligatoire pour tous les chiens séjournant dans des pensions, chenils, campings, centres de vacances et hôtels ; elle est obligatoire pour la Corse, les départements d’Outre-Mer et lors des passages aux frontières. (A noter qu’un vaccin rage effectué sur un animal non identifié n’a pas de « valeur médicale ».

  • La Leucose (FELV)

    Souvent confondue avec le « sida du chat », c’est la maladie virale la plus fréquente chez l’espèce. Elle aussi, est extrêmement contagieuse. Son évolution est lente, parfois sur plusieurs années, mortelle dans presque tous les cas. Le virus détruit les défenses immunitaires de l’animal, le chat devenant ainsi très « ouvert » aux autres maladies (infections respiratoires, digestives, abcès,…) Le virus est également directement responsable de maladies cancéreuses.


    La seule protection reste le vaccin très efficace.

    Le « sida du chat » (FIV) est un autre virus. Comme pour l’homme, il n’existe pour l’instant aucun vaccin.


Les vermifuges

Les vermifugations sont nécessaires à la bonne santé et au bon développement de votre chat.
Sachez en outre que certains vers du chat (Toxocara par exemple) sont transmissibles à l’enfant et à l’homme et peuvent être responsables de maladies difficiles à diagnostiquer. La vermifugation de votre compagnon est donc aussi un geste indispensable de santé publique. Votre vétérinaire vous conseillera lors des visites régulières et un calendrier sera respecté comme suit :

Vermifugation du chaton :
- De 15 jours à deux mois : tous les 15 jours.
- De 2 mois à 6 mois : tous les mois.

Vermifugation du chat adulte :
- Tous les 6 mois.


Puces et tiques

La puce est un petit insecte sans aile, connue pour ses exceptionnelles qualités de sauteur et qui, au stade adulte, vit en permanence dans le pelage de nos animaux de compagnie.
La puce se nourrit du sang des chiens et des chats, pique en moyenne 10 fois par jour et peut absorber jusqu’à 15 fois son propre poids. Chaque piqûre provoque une irritation, ce qui explique pourquoi le chat cherche à s’en débarrasser en se grattant ou en se mordillant.

Comment bien protéger votre chat contre les puces ?
En raison de la résistance des jeunes puces dans les cocons (jusqu’à 6 mois !!) votre chat est soumis à des ré infestations saisonnières, réduites en hiver et maximales dès le printemps et jusqu’à l’automne.
Votre chat doit par conséquent être traité durant cette longue période par l’application répétée d’un produit antipuces. En spray ou en pipette, une application mensuelle permet une bonne protection. En cas d’infestations massives, l’environnement doit également être traité. Ainsi, n’hésitez pas à traiter votre intérieur (tapis, moquettes, chambres) mais également certaines zones extérieures (voitures, matériel de jardin type balancelle, etc…) Pensez aussi à traiter les autres animaux du foyer, les chats étant source de contamination pour les chiens !
Contrairement aux puces adultes, les tiques (qui sont des acariens !) ne passent pas leur existence sur nos animaux de compagnie. Elles vivent en milieu extérieur et se fixent sur leur victime (chien, chat mais aussi enfant…) à l’occasion d’une promenade. Une fois « bien accrochée » à la peau, elles pompent le sang et leur repas peut durer de 3 à 7 jours. Les démangeaisons poussent le chat à se mordiller, le corps du parasite est ainsi souvent arrachée sans la tête qui elle, reste fixée et peut provoquer une lésion cutanée douloureuse.
Les tiques sont un danger mortel pour les animaux car elles transmettent différentes maladies très graves ( piroplasmose, ehrlichiose, borréliose de Lyme…

Comment bien protéger votre chat contre les tiques ?
Aucune mesure n’est efficace à 100% pour assurer à elle seule une protection complète. C’est pourquoi il faut associer différentes protections :
Ø Demandez à votre vétérinaire un bon anti tiques qu’il faudra appliquer régulièrement (1 mois par mois). Un anti tiques ne signifie pas que votre chat ne ramènera pas de tiques mais celles qui auront franchi la barrière cutanée devraient mourir empoisonnées.
Attention, tous les produits antipuces n’agissent pas sur les tiques et vice versa.
Ø La vaccination contre la piroplasmose n’empêche pas les tiques de se fixer sur le chat mais réduit le risque et/ou la sévérité de la maladie.
Ø Enfin, la surveillance est impérative ! A chaque retour de balade, inspectez soigneusement le pelage de votre compagnon, les tiques ne transmettent les maladies qu’après 48h de succion, retirées rapidement, la santé du chat sera préservée.

Le phlébotome : un risque méditerranéen !
Cet insecte de petite taille est recouvert d’une fine pilosité et ressemble à un petit moustique. Particulièrement actif à la tombée de la nuit, sa piqûre est douloureuse et inocule l’agent d’une maladie grave et souvent mortelle : la LEISHMANIOSE.
A ce jour, il n’existe pas de vaccin contre la leishmaniose, c’est pourquoi l’utilisation d’insecticides répulsifs est recommandée dès le printemps.


Soins et hygiène

Entretenir sa peau, ses oreilles, ses yeux et ses dents.

o Soin de la peau et du pelage :
Le chat prend naturellement grand soin de sa toilette. Mais, il faut le seconder par un brossage régulier indispensable surtout chez les sujets à poils mi longs ou longs. Celui-ci permet de retirer les poils morts car si ceux-ci sont ingérés, ils peuvent provoquer des perturbations dans le transit digestif. Le brossage permet aussi de détecter et d’éliminer la présence de tiques et/ou de puces voire même de lésions.

Si un bain s’avérait nécessaire, sachez que la peau de votre chat est différente de celle des humains, aussi n’utilisez jamais de shampoings « humain » qui est très agressif en raison de son PH trop acide. Tout comme pour les hommes, une grande variété de shampoings a été élaborée en fonction des besoins du pelage, dans les magasins spécialisés, vous trouverez ainsi des shampoings pour peau sèche, peau grasse, avec pellicules, etc

o Soin des yeux :
Ne jamais frotter l’œil avec une gaze ou une compresse pour ôter un élément extérieur, optez plutôt pour une solution oculaire spécifique (là aussi n’employez pas de produit pour l’humain qui ne serait pas adapté : le PH de l’Homme et celui du chat sont différents !!) et faites couler directement de l’angle extérieur vers l’angle intérieur de l’œil. Récupérez ensuite les salissures avec un coton ou une compresse humide et propre.

o Soin des oreilles :
Chaque semaine, prenez le temps de vérifier ses oreilles et après chaque promenade si celle-ci a lieu en campagne. Les épillets progressent en sens unique dans le poil, peuvent se piquer dans la peau, progresser vers le conduit auditif et percer le tympan. Procurez vous en pharmacie une solution nettoyante douce adaptée à votre chat.

o Soin des dents :
Vérifiez régulièrement l’état de ses dents et pensez à le faire détartrer. Une infection non détectée peut provoquer une infection rénale et/ou cardiaque
Là encore un marché s’est développé avec une gamme de produits adaptés à l’hygiène buccale canine (os à mâcher, dentifrice, comprimé, etc.

De manière générale, '' inspectez '' bien votre animal et n'oubliez pas de vérifier les pattes, entre les doigts, les épillets, les tiques aiment s'y loger.


Identification

Article L.214-5.
« Tous les chiens et chats, préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux, sont identifiés par un procédé agréé par le ministre chargé de l’agriculture. Il en est de même, en dehors de toute cession, pour les chiens âgés de plus de quatre mois et nés après le 6 janvier 1999. L’identification est à la charge du cédant. »


L’identification peut être réalisée par deux procédés.

* Soit par tatouage : inscription dermographique réalisé sous anesthésie générale. L’avantage du tatouage est qu’il est visible à « l’œil nu » même par un particulier sans expérience. Ce dernier devra alors communiquer le numéro de tatouage au fichier national pour connaitre l’identité du propriétaire de l’animal.
Deux inconvénients : Parfois considéré inesthétique, il peut s’effacer au fil du temps, un tatouage illisible devient alors un tatouage inutile. Douloureux, il doit se réaliser sous anesthésie générale, mais celle-ci n’étant pas sans risque, elle est parfois déconseillée sur un animal malade, âgé, cardiaque, etc.…

* Soit par puce électronique : cette nouvelle technique, rapide et indolorepeut être pratiquée en remplacement ou en complément du tatouage.
La puce électronique est un petit appareil de la taille d’un grain de riz, totalement inoffensive pour l’animal, et placé sous la peau lors d’une simple consultation par le vétérinaire. La puce comporte un numéro unique (15 chiffres sous la forme d’un code barre) propre à votre animal, que le vétérinaire ou tout autre organisme possédant le lecteur(SPA, fourrière, refuge, gendarmerie, pompiers,…) pourra lire.
Les 3 premiers chiffres du code barre détermine le pays dans lequel la puce a été implantée. (En France, les 3 premiers chiffres sont 250

Outre la législation qui a rendu obligatoire l’identification, cette dernière augmente les chances de retrouver le propriétaire d’un animal perdu.
Malheureusement, encore trop de chats ne sont pas identifiés (près de 80% pour la seule ville de Marseille…) soit par manque d’information, soit par « je m’en foutisme »…L’identification par puce électronique et/ou par tatouage restent indispensables pour identifier le propriétaire d’un animal perdu. Ce dernier est répertorié sur un fichier, où figurent les coordonnées de son propriétaire : vous optimisez vos chances de le retrouver en cas de perte .

Enfin, si vous changez de domicile et/ou de téléphone, n'oubliez pas de communiquer le changement à l'aide du volet de la carte de tatouage prévu à cet effet.

Rappelez vous que l’identification est obligatoire dans le cadre de vos voyages à l'étranger, vos déplacements en France pour entrer dans certains campings, pensions, etc ...


Stérilisation


La stérilisation chez les chats est fortement recommandée pour lutter contre la prolifération, contre la misère animale. A ceux qui disent que la stérilisation est « contre nature », voici quelques chiffres à méditer.

Chez les chats 1+1 = 6 et cela deux fois par an.

Un couple de chats peut donner le jour jusqu'à 12 chatons par an (soit 6 couples),
après deux années : 6 x 12 = 72 chats (36 couples),
après trois années : 36 x 12 = 432 chats (216 couples) ,
après quatre années : 216 x 12 = 2.592 chats (1296 couples)
après cinq années : 1296 x 12 = 15.552 chats !

La question est : Qui va accueillir tous ces chats ?

Chaque année, des milliers de chats et chatons sont euthanasiés parce que la population féline dépasse de loin de nombre de foyers d’accueil. En remettant, au printemps, les chatons dans les associations, il est donc faux de penser qu’ils trouveront une famille d’accueil. La majorité de ces chatons de plus ou moins deux mois, seront euthanasiés à cause de maladies, de surpopulation, d’absence d’adoption…

Les inconvénients du comportement du chat mâle non stérilisé.

Le chaton devient pubère vers l’âge de 6 à 7 mois. Le chat étant un animal territorial, sa puberté se traduit par :

  • le marquage urinaire : le chat délimite son territoire par des jets d’urine qui laissent une odeur épouvantable difficile à disparaître. Pour marquer son territoire, le mâle se place devant le support choisi, se retourne, lève la queue et envoie un jet d’urine. Si le chat peut sortir il marquera le portail, les arbres, la façade de la maison. Si le chat est d’intérieur, il marquera sur les meubles, les canapés, les angles de mur, les rideaux, etc…. Une fois le territoire marqué, le chat entretien son marquage en retournant régulièrement uriner aux mêmes endroits.
  • Griffades sur mobilier : le marquage peut s’accompagner également de griffades sur le mobilier... Ces types de marquage plus fréquents chez les mâles peuvent également se produire avec des femelles non stérilisées.
  • Les sorties et les fugues les chats ou chattes non stérilisés passent beaucoup de temps à l’extérieur pour trouver à s’accoupler. Les mâles se battent avec leurs congénères et ne reviennent que pour manger et se reposer. Lorsqu’une chatte est en chaleur, un chat est capable de parcourir plusieurs kilomètres pour la trouver. Il pourra donc partir pendant plusieurs jours et rentrer au mieux blessé, épuisé, amaigri. Les accidents de la route et leurs désastreuses conséquences guettent les chats en fugue.
  • Les bagarres : Le chat entier est bagarreur. Il veille jalousement sur son territoire et attaque tous les chats étrangers. Lors des périodes de reproduction, les mâles se battent pour les femelles. Ces bagarres occasionnent de graves blessures, morsures et griffures au niveau de la tête et des membres, blessures évoluant vers des abcès nécessitant une consultation vétérinaire et un traitement par antibiotique. Des lésions aux yeux sont également fréquentes. Le chat non castré a bien souvent les oreilles lacérées et un corps couvert de cicatrices.
  • Les miaulements : Chat et chatte non stérilisés sont extrêmement bruyants. Les vocalises de l’un et de l’autre vous laisseront de grands souvenirs de nuits blanches.
  • Le voisinage : dans les campagnes, les désagréments des chats mâles non castrés, poussent hélas encore les voisins à les tuer par balle ou par empoisonnement.
  • Chat d’intérieur : Si votre chat ne sort pas, sa vie d’intérieur est incompatible avec une vie sexuelle. Il souffrira de ne pouvoir sortir. Le chat sera distant, moins câlin, agressif même avec vous. Il marquera votre intérieur de jets d’urine et de griffades.
  • Espérance de vie : elle est beaucoup plus courte chez les chats « entiers » en raison des fugues (ils se font écraser…), des maladies (FIV, FELV,…).


Les inconvénients du comportement du chat femelle non stérilisée.

La petite chatte peut être pubère dès l’âge de 5 mois. Les premières chaleurs passent souvent inaperçues et si la chatte a accès à l’extérieur, il sera difficile d’éviter les gestations. Les chaleurs débutent au début du printemps pour finir en fin d’été. Vous allez rapidement vous retrouvez avec une famille nombreuse. Ceci sans compter qu’une grossesse chez une chatte très jeune, peut causer des problèmes de santé tant à la chatte qu’aux petits avec une mise bas difficile. Trop de propriétaires non prévoyants tuent les chatons à la naissance pour n’avoir pas pensé ou voulu faire stériliser leur chatte.
  • Miaulements : les chattes non stérilisées « vocalisent » principalement la nuit.
  • Fugues : Elles durent plusieurs jours et la chatte rentre bien souvent blessée, pleine de puces, épuisée et « pleine »… Comme les chats, elles risquent la malveillance des voisins, les morsures de chiens, les accidents de la route.
  • Espérance de vie : elle est beaucoup plus courte chez les chats « entiers » en raison des fugues (ils se font écraser…), des maladies (FIV, FELV,…), des bagarres ( les abcès sont fréquents sur la tête et les membres et les chats ou chattes reviennent parfois avec les yeux griffés ou crevés…)

Quelle contraception ?

La contraception médicale (pilule à injection) ne représente pas une bonne méthode de contraception si la chatte n’est pas destinée à avoir des petits. Les hormones contraceptives agissent sur les chaleurs en les supprimant mais n’ont pas d’actions sur les différents problèmes hormonaux liés à la présence des ovaires. Les dérèglements hormonaux ou la sécrétion permanente d’hormones sexuelles, peuvent provoquer de très graves maladies. Les chattes sous pilule, même quelques mois, sont sujettes fréquemment à des métrites (infection de l’utérus), des tumeurs et kystes ovariens ainsi que des tumeurs mammaires, tumeurs très souvent cancéreuses.
La seule façon de lutter contre la prolifération est la stérilisation.

Chez le mâle, elle est appelée castration et consiste en l’ablation des testicules sous anesthésie générale.

Chez la femelle, on parle d’ovariectomie. Cela consiste en l’ablation des ovaires, intervention réalisée sous anesthésie générale.
La stérilisation est recommandée à partir de l’âge de 6 mois.
Les chats et chattes peuvent être stérilisés même à l’âge adulte. Le vétérinaire vérifiera qu’il n’y a pas de contre-indication médicale à l’anesthésie.

Tous les chats et chattes adoptés dans notre SPA sont stérilisés, cela représente environ 1 000 sujets chaque année.


Alimentation

Les besoins alimentaires de votre chat varient selon son stade physiologique (chaton, chat adulte, chat âgé,…) ainsi que de son activité (le chat vivant en appartement est plutôt sujet à l’embonpoint, le chat vivant en jardin est plus actif.) Les professionnels de la nutrition animale ont développé des gammes élargies, avec votre vétérinaire, vous mettrez en place un régime alimentaire adapté à votre chat.

Le chat est un animal qui boit peu, ce qui le prédispose aux affections urinaires. Pour éviter cela, proposez-lui de l’eau propre et fraîche dans une gamelle de préférence en verre. Il peut arriver que les gamelles en plastique altèrent le goût de l’eau.
A noter que les chats hébergés dans notre Refuge sont nourris aux croquettes de notre partenaire Royal Canin

Notre partenaire Royal Canin a développé une gamme de produits adaptés à votre animal


Votre chat et vos déplacements

Que ce soit pour vos vacances ou la visite chez le vétérinaire, votre chat doit être déplacé dans une caisse de transport adaptée. Nombreux sont les chats qui s’affolent lorsqu’ils sont transportés au bras ou dans un carton. Les bruits extérieurs leur font peur (voiture, motos bruyantes, etc…) Ils peuvent vous griffer, vous échapper et se faire écraser…
Même si votre chat ne semble pas apprécier le panier de transport, il se sentira sécurisé et stressera moins.

Vous faites partis de ceux qui n’abandonnent pas leur chat à leurs vacances, bravo ! Mais pour passer des vacances agréables et sans mauvaise surprise à la dernière minute, renseignez-vous au moins 6 mois à l’avance sur les formalités d’accueil de votre lieu de vacances. Rappelez vous que l’identification est obligatoire (et la puce électronique obligatoire au passage des frontières), ainsi que certaines vaccinations ,(la rage en particulier) et très souvent un certificat de bonne santé établi par votre vétérinaire.

Où vous renseigner ?
- Auprès de votre lieu d’accueil (hôtel, camping, gîte…) ou au consulat du pays de destination.
- Auprès de votre vétérinaire pour les formalités médicales à réaliser (identification, vaccination, certificat de bonne santé).
- Vous voulez connaître la liste des hôtels, campings, gites et plages acceptant votre chat

Vous ne pouvez pas emmener votre chat en vacances ? Renseignez vous sur les chenils, pensions, gardes à domicile.

Réaliser un don... comment ?

Rien de plus simple : il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous. Vous serez redirigez vers la solution de paiement PAYPAL (sécurisée).




Refuge SPA Marseille Provence - Montée du commandant de Robien - 13011 Marseille
04 91 45 63 51 - Ouvert du lundi au dimanche de 12h à 17h